NOS POILUS ET NOUS

TRES BONNE ANNEE 2016


 
AccueilPortailFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Après l'enfant unique, le chien unique à Shanghai ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Janick
Rhino féroce


Nombre de messages : 12526
Age : 64
Localisation : Nantes (44)
Date d'inscription : 14/09/2006

MessageSujet: Après l'enfant unique, le chien unique à Shanghai ?   Lun 22 Nov 2010 - 10:22

Après l'enfant unique, le chien unique à Shanghai ?

Par Benoît Guivellic | Aujourd'hui la Chine
|9/11/2010 | 15H55



(De Pékin) Limiter le nombre de chiens dans la capitale économique chinoise, déjà minée par des problèmes de surpopulation, c'est l'objectif d'une loi actuellement à l'étude à Shanghai. Le chien unique, trente ans après l'instauration de la politique de l'enfant unique ?


La proposition peut sembler saugrenue, mais peut-être pas tant que ça : avec près de 20 millions d'habitants, sans compter les migrants, Shanghai souffre d'une trop grande densité de population, et d'un espace de vie limité, expliquent les législateurs, selon le quotidien anglophone China Daily.

C'est pourquoi, si cette proposition de loi est adoptée, chaque foyer shanghaïen ne pourra plus posséder qu'un seul chien. Si celui-ci met au monde une portée, les chiots devront être donnés à des amis, ou à un centre d'adoption approuvé par le gouvernement. Autre alternative, explique le quotidien : une amende, ou, plus recommandé, la stérilisation.

Et pour inciter les propriétaires de toutous à s'enregistrer, le prix de la licence annuelle, qui pouvait auparavant s'élever à 1 000 ou 2 000 yuans (110 ou 120 euros) selon les cas, sera désormais de 300 yuans (33 euros), y compris la vaccination, la puce d'identification, etc.


La tendance canine
Ce faisant, la municipalité compte procéder à un recensement plus systématique des meilleurs amis de l'homme. A Shanghai, ils seraient pour l'instant près de 800 000 enregistrés, un nombre bien inférieur à la réalité.

Car le chien est assurément à la mode dans les grandes villes chinoises, et les choses ont bien changé depuis la période communiste. Considéré comme un luxe bourgeois, il avait été banni des villes en 1983, de même que les canards et les cochons.

Aujourd'hui, les propriétaires de chiens sont de plus en plus nombreux, notamment parmi les classes moyenne et aisée, et c'est un véritable marché du chien qui s'est développé ces dernières années.

Les chiens de race s'achètent à prix d'or : en 2009, une habitante de Xian avait défrayé la chronique en se faisant livrer en Mercedes un chien qu'elle avait payé quatre millions de yuans !

« Les gens considèrent leur chien comme un enfant »
En conséquence, le marché du toilettage canin connaît également un véritable boom, et partout se multiplient les salons, les accessoires pour chien, les piscines pour chien…

Pékin compte même désormais un parc des animaux de compagnies avec un restaurant pour maître et chien, un parcours d'agilité pour chien, et même un cimetière et une chapelle pour chien.

« Les gens qui amènent leur chien ici le considèrent comme un enfant », confiait récemment le directeur des ventes du parc au New York Times.

C'est peut-être pour cela que l'idée d'une politique du chien unique, pourtant déjà en vigueur dans plusieurs villes chinoises comme Chengdu et Canton, ne ravit pas tous les Shanghaïens. Créé par des passionnés, le site Shanghai Dog regorge de commentaires indignés :

« Nous sommes prêts à garder nos chiens chez nous. Vont-ils entrer de force pour les prendre quand même ? Qu'ils essayent, pour voir. »

Heureusement pour les amoureux des chiens, comme souvent en Chine, les modalités d'application de la loi restent floues. Tout comme il est actuellement difficile pour les autorités de contrôler les chiens illégaux, il sera compliqué de débusquer les contrevenants à la future loi.

Ceux-ci ne devraient d'ailleurs pas être trop dissuadés par l'amende. Selon le China Daily, celle-ci devrait s'élever à 1 000 yuans. A peine le prix de quelques toilettages.
----------
lu sur rue89.com






------

le problème est évident... et pas facile à trouver un terrain d'entente à l'amiable !

Avec nos 50 millions d'habitants, et la petite surface de la France, 100 000 animaux sont abandonnés chaque année (vous ajoutez naturellement ce chiffre à ceux qui n'ont pas trouvé de maîtres les années antérieures)

Quid de la Chine si la "mode" d'avoir un chien revient ... puis comme en France on l'abandonne ?
Quid du nombre de chiens non stérilisés sur un territoire pareil !

Perso, je pencherais plus vers la responsabilité des maîtres et la stérilisation .... mais la Chine est elle plus raisonnable que les maîtres Français ??

Pas facile; La Chine et son échelle hors norme oblige parfois à prendre des mesures d'envergure et pas très "amicales"
Suspect

____________


Le forum est à tous les "poilus".
Lancez-vous !  Créer des rubriques, actualiser... Merci.
Revenir en haut Aller en bas
Janick
Rhino féroce


Nombre de messages : 12526
Age : 64
Localisation : Nantes (44)
Date d'inscription : 14/09/2006

MessageSujet: Re: Après l'enfant unique, le chien unique à Shanghai ?   Lun 22 Nov 2010 - 10:37

Petit rappel de la situation en France :


-----

"Un animal abandonné est un animal condamné"

60 000 animaux sont abandonnés chaque année en France.
Si les chiffres ont diminué depuis une vingtaine d'années, il reste des progrès à faire pour Reha Hutin, la présidente de la Fondation 30 Millions d'Amis.



30 millions d'amis organise depuis plus de 20 ans une campagne de mobilisation contre les abandons d'animaux. Constatez-vous des améliorations aujourd'hui ?


Il y a 20 ans, 400 000 animaux étaient abandonnés chaque année.
Une enquête récente, menée par la Fondation auprès des 200 refuges qu'elle aide et auprès du Ministère de l'Agriculture, indique que le chiffre des abandons est bien de 60 000 par an.
Nous espérons voir ce nombre baisser, d'une part grâce aux campagnes de sensibilisation que nous menons et qui sont très largement relayés par de très nombreux médias. Il y aujourd'hui une prise de conscience évidente sur les abandons d'animaux. Ce sont des êtres sensibles, avec des droits et leurs maîtres ont envers eux des devoirs.


Quels sont les animaux les plus concernés par ce type d'irresponsabilité ?
Ce sont les chiens et les chats. Les gens pensent à tort qu'un chat peut parfaitement se débrouiller dans la nature. C'est faux !
Un chat qui a toujours vécu en appartement, ou habitué à être nourri quotidiennement, ne peut vivre ainsi, livré à lui-même, du jour au lendemain.
Et le chien encore moins ! Cet acte est cruel, car il met un animal dans un état de profonde détresse psychologique. Il ne sait pas pourquoi il est abandonné, ni ce qu'il a fait pour mériter ce sort.


La loi prévoit-elle des sanctions à l'encontre d'une personne qui a abandonné son animal ?
Oui. La loi prévoit 2 ans d'emprisonnement et 30 000 euros d'amende. Mais cela ne se produit que si la personne est prise sur le fait. Il faut donc que ceux qui ont décidé de se séparer de leur compagnon aient ce dernier geste pour lui : l'emmener dans un refuge. Les bénévoles qui l'accueillent pourront ainsi rédiger une fiche contenant toutes les informations importantes sur l'animal (vaccins, caractère, attitude envers les enfants etc…), leur permettant ainsi de lui trouver une nouvelle famille. Abandonné dans la nature, il est condamné à mort.


campagne 2006 "L’abandon est un acte barbare."
Un sondage récent montre que la majorité des Français est unanime sur la cruauté d'un tel geste, alors que le nombre d'abandons reste très important. Comment expliquez-vous ce décalage ?
Les gens ne peuvent plus dire qu'ils ne sont pas informés, ils commettent leur crime en connaissance de cause. Ce geste relève de l'irresponsabilité la plus totale. C'est vrai que beaucoup de personnes que nous avons interrogées se disent très sensibles à la cause animale. Mais certaines restent inconscientes sur les conséquences d'un tel acte.


Aujourd'hui, à combien de refuges venez-vous en aide ?
La Fondation 30 millions d'amis aide plus de 200 refuges en France. Nous ne donnons pas d'argent, nous réglons en réalité les factures relatives à la nourriture, aux soins, aux travaux d'aménagement nécessaires. 700 000 euros sont gérés de cette façon pour assurer la plus grande transparence, notamment vis-à-vis des donateurs qui nous font confiance.

Comment faire pour soutenir votre action ?
Donner ! Les dons nous permettent d'acheter des niches, d'assurer une vie correcte à tous ces laissés-pour-compte. Cette redistribution des fonds aux refuges qui ne pratiquent pas l'euthanasie et qui gardent leurs vieux pensionnaires améliore considérablement le quotidien des animaux. La Fondation offre une belle niche au doyen de chaque refuge pour qu'il ait le confort due à son grand âge ! Nous prenons également en charge les frais vétérinaires lorsque les personnes adoptent le plus vieux chien de l'établissement. C'est un moyen d'encourager les personnes à offrir quelques années de bonheur à ces animaux qui ont parfois passé plusieurs années derrière les barreaux.
----
lu sur l'internaute

____________


Le forum est à tous les "poilus".
Lancez-vous !  Créer des rubriques, actualiser... Merci.
Revenir en haut Aller en bas
 

Après l'enfant unique, le chien unique à Shanghai ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum

NOS POILUS ET NOUS

TRES BONNE ANNEE 2016
 :: 
SALON DES MAÎTRES (salon, tt sur nous : inscrits)

 :: 
Chaque jour : lectures - actualités - humour
 :: 
2 - Actualités animalières
-
Sauter vers: